Interview de participantes à la plateforme de veille des femmes pour des élections sans violence et équitables au Mali

 Madame Djourté Fatimata Dembélé – Participante à la Plateforme de Veille des femmes pour des élections sans violences et équitables au Mali 

 Qui êtes-vous ?

 

 Je suis Madame Djourté Fatimata Dembélé, avocate de profession et directrice d’une structure que l’on appelle « la maison de la femme et de l’enfant » sur la rive droite du fleuve. Je suis également personne ressource pour le Groupe Pivot/Droits et Citoyenneté des Femmes du Mali.

 

 Que pensez-vous de l’initiative de la plateforme de veille des femmes pour des élections sans violence et équitables au Mali ?

 Cela a d’abord permis aux femmes de se retrouver, de parler de diverses questions et de dégager des stratégies pour voir comment nous allons nous impliquer de manière effective et dynamique dans le processus électoral à tous les niveaux, et comment nous allons participer au vote. Pour prendre part au vote, nous devons savoir ce que les différents candidats nous réservent. Il s’agit de voir leurs programmes pour que chacun procède à une analyse à son propre niveau et ensuite que nous tirions les conséquences à partir de ce que nous avons appris ici avec les différents candidats. Nous pourrons tirer les leçons et savoir pour qui voter. Nous allons nous déterminer grâce à l’espace.

 Vous allez voter dimanche ?

 Je vais bien sur aller voter. Je serai parmi les premières personnes à aller voter. J’ai ma carte NINA, je connais mon numéro et déjà mon bureau grâce à toutes les informations qui ont été mises à notre disposition pour que nous puissions l’identifier. C’est important pour moi de voter car je veux quelqu’un qui a en souci le devenir de ce pays, le développement durable de ce pays. Ce dernier ne peut pas se concevoir sans qu’on prenne en considération les préoccupations des femmes, la participation des femmes d’une manière active à la vie politique, à la vie du pays à tous les niveaux. C’est pour ça que je vais aller voter ! Pour choisir la personne qui va sortir le Mali de cette crise et pour que les femmes puissent trouver leurs places. Je vais aller voter pour ce candidat-là !

 


 

Madame Sanogo Marcelline Thera – Participante à la Plateforme de Veille des femmes pour des élections sans violences et équitables au Mali 

Qui êtes-vous ?

 Mon nom est Madame Sanogo Marcelline Thera. J’appartiens à une organisation féminine qui s’appelle CAFO (La Coordination des Associations et ONG Féminines du Mali ». Je suis militante. Je suis femmes au foyer. Je viens de Bamako du quartier de Oulofobougou. J’ai quatre enfants.

 Que pensez-vous de l’initiative de la plateforme de veille des femmes pour des élections sans violence et équitable au Mali ?

 C’est une très bonne initiative. Cela permet d’informer les femmes par rapport à toute une série de situations liées au processus électoral (campagne, vote, dépouillement). Je comprends beaucoup mieux ce processus. J’ai appris énormément sur la vie associative. Je comprends beaucoup mieux la nécessité des élections.

 Vous allez voter dimanche ?

 Oui, certainement, s’il plait au bon Dieu. Je veux montrer que je suis une vraie citoyenne malienne. 


Madame Keita Tombon Aissata – Participante à la Plateforme de Veille des femmes pour des élections sans violences et équitables au Mali 

Qui êtes-vous ?

 Je me nomme Madame Keita Tombon Aissata. Je suis juriste, jeune diplômée, et sans enfant. J’ai appris à la télévision l’existence de la plateforme de veille. J’ai aussi été informée par mes camarades de l’existence du Groupe Pivot/Droits et Citoyenneté des Femmes. C’est la première fois que je participe. Je suis vraiment enchantée.

 Que pensez-vous de l’initiative de la plateforme de veille des femmes pour des élections sans violence et équitable au Mali ?

 C’est une très bonne initiative. Cela permet de regrouper les femmes, cela nous permet de tisser certaines connaissances et puis d’être sensibilisées surtout par rapport au processus électoral, au vote ; surtout que le Mali vient de sortir d’une crise. Il faut mieux préparer les femmes aux élections présidentielles et les motiver pour s’impliquer dans les élections législatives. Je remercie beaucoup les formateurs, les animateurs. Les renseignements qu’ils nous ont donnés ont été très utiles. On mélangeait souvent les concepts de genre mais avec les explications reçues, notamment celles de la présidente Nana Sissako et d’autres participants, on a pu vraiment comprendre ce que signifiait le genre.

 Vous allez voter dimanche ?

 Si Dieu le veut, j’irai voter. J’ai ma carte NINA. Voter, c’est un droit citoyen et il est normal que tout citoyen du Mali – y compris les femmes – aille voter ! 

Share
   
© Plateforme de veille des femmes 2013