Bamako, le 06/08/2013: les femmes de la Plate-forme sensibilisent sur le processus du vote

Une  semaine  après  la  tenue  du premier  tour  des  élections  présidentielles,  la plate-forme de veille des femmes pour des élections équitables et sans violence  sise au CNDIFE, a  organisé une  conférence  débat sur : « Démonstration sur les techniques de vote Comment bien voter pour minimiser le nombre de bulletins nuls ? » les femmes de  la  plate-forme  ont voulu  par   cette  conférence  débat, édifier d’avantage  les femmes du  Mali  au  processus  du vote  afin d’éviter  des  erreurs  qui peuvent conduire à un bulletin nul.  Cette conférence débat  qui était  animée par Monsieur Baby du  Ministère de  l’Administration Territoriale et  des  Collectivités  Locales a enregistré la présence de plus  de  300 femmes  venues   de plusieurs  organisations féminines. 

Dans  son  exposé, M. Baby du Ministère de l’Administration Territoriale  et  des Collectivités  Locales  a rappelé qu’un  nombre très important de bulletins nuls ont étés relevés. Au total, 403 532 bulletins soit 11% de voix ont été invalidés probablement du fait des défaillances techniques liées au bulletin de vote lui-même mais aussi à l’ignorance de plusieurs électeurs.

 

En effet, lorsqu’il est plié, le bulletin de vote marqué par l’encre exprimant le choix de l’électeur a dans certains cas été tâché. Ce qui fait apparaître un double impact de l’encre sur deux (candidats) photos différentes. Cela a conduit à l’annulation de plusieurs suffrages.

En outre, certains ont mal marqué le bulletin. Au lieu  de marquer juste  à côté de la photo du candidat, ils ont tout simplement marqué sur la photo de leurs choix. Pour ces types d’erreurs, l’administration s’est montrée indulgente à l’égard des populations rurales.

 Aussi, les annulations de  bulletin s’expliquent au dire du conférencier  par l’analphabétisme et l’ignorance surtout chez les populations rurales. Ne sachant pas qu’il fallait choisir un seul candidat, certains électeurs ont exprimé leurs « préférences » parmi les 28 photos des candidats sur le bulletin de vote en apposant leur empreinte sur deux, voire trois  candidats. Ce qui évidemment invalidait ces bulletins.

Pour  pallier ses difficultés  d’appropriation  du processus  de  vote,  M. Baby  a  procédé  à  la simulation  avec  les  femmes,  des  différentes  étapes  du  vote.

Il faut rappeler que l’exposé de  M. Baby a été repris dans  d’autres langues comme : l’arabe et le sonrai. 

Ainsi, les  femmes ont montré beaucoup d'intérêts  à la  thématique  et ont posé des questions relatives   au fait que  beaucoup  de  personnes  sont restées sans voter parce que   leurs noms ne figuraient pas sur la liste affichée devant le bureau de vote , l’obligation faite aux électeurs  de voter uniquement dans les localités  où ils ont été recensés, les  insuffisances  constatées aussi bien chez certains  membres des bureaux de vote  que des délégués des  partis.

 Il a aussi été  demandé au Ministère  en charge des élections de bien expliquer à la  télévision nationale  la validité du vote de quelqu’un qui a marqué directement  sur la photo d’un candidat.

 

A ces questions, le présidium a répondu en donnant les explications suivantes :

 (i) il est vrai que beaucoup de gens n’ont pas retrouvé leurs noms du fait qu’ils ne se sont pas présentés devant  le bon bureau.  (ii) il a été plusieurs fois expliqué aux populations que pour voter en dehors de la localité où elles ont été recensées,  il fallait  procéder  à un transfert. Mais cela n’as pas été compris de tous, ce qui a conduit aux difficultés  évoquées.  

Pour ce qui est de  la  formation  des accesseurs  et  des délégués, Il dira, qu’il est du devoir de l’Administration territoriale de former les accesseurs mais il est aussi des partis politiques et des candidats de former leurs délégués et de mieux  expliquer comment voter aux populations.

Aussi, M. Baby dira que  le  vote  des personnes  qui ont mis  l’encre sur   la photo de  leur  candidat  ne sera pas invalidé. Cela concerne les  populations  rurales.

Avant la levée de la séance, une femme  en la  personne de Madame kanté a tenu à témoigner de toute sa gratitude  à la Plate-forme de veille pour avoir initier  cette conférence qui lui a permis à elle et  à tant d’autres qui n’avaient pas bien compris le processus, de mieux le maitriser et cela grâce à cette conférence débat.

La  conférence  a  pris  fin sur une  note  d’espoir tout en demandant aux femmes  d’aller voter massivement pour le second tour des élections Présidentielles prévu pour le dimanche 11 août 2013.

Sory kaba  DIAKITE

Gestionnaire  de  la  Plate-forme  de  veille

.

Share
   
© Plateforme de veille des femmes 2013