Bamako, 20 Janvier 2014: URGENT: RCA une femme au commande



Mme Samba Panza - en tête au premier tour auquel participait huit candidats - a recueilli au second tour de scrutin 75 voix, devançant l'autre candidat, Désiré Kolingba, fils d'un ancien chef de l'Etat (53 voix), selon les résultats lus dans la salle et suivis d'applaudissements de l'assistance qui a entonné l'hymne national centrafricain.

Vêtue d'un tailleur rose, elle a aussitôt pris la parole devant les parlementaires pour lancer un « appel vibrant » à renoncer aux armes. « Je lance un appel vibrant à mes enfants anti-balaka (miliciens chrétiens) qui m'écoutent. Manifestez votre adhésion à ma nomination en donnant un signal fort de dépôt des armes », a-t-elle déclaré, ajoutant: « à mes enfants ex-Séléka (combattants musulmans) qui m'écoutent aussi, déposez vos armes ». « A compter de ce jour, je suis la présidente de tous les Centrafricains sans exclusive », a-t-elle assuré : « la priorité des priorités est de faire cesser la souffrance des populations, restaurer la sécurité et l'autorité de l'Etat sur tout le territoire ».

Le président français François Hollande, qui joue un rôle moteur dans la mobilisation de la communauté internationale sur la crise en Centrafrique - ancienne colonie française - l'a fécilitée dans la foulée de l'élection, lui assurant un mois et demi après le début de l'intervention militaire française Sangaris, que « la France se tient à ses côtés dans cette tâche difficile ».

Ce ne sera pas une partie de plaisir

Auparavant, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait appelé à une « action immédiate et concertée » en Centrafrique, lors d'une session spéciale au Conseil des droits de l'homme à Genève pour la création d'un poste d'expert indépendant sur ce pays. A Bruxelles, les ministres européens des Affaires étrangères ont approuvé le lancement d'une opération militaire de l'Union européenne (UE) en Centrafrique, en appui aux forces africaine et française, avec des soldats - leur nombre pourrait s'élever à 500 - qui seraient chargés d'aider à la sécurisation de Bangui, a-t-on indiqué de source officielle.

Toujours à Bruxelles, les pays donateurs se sont engagés à débloquer près de 500 millions de dollars pour la Centrafrique en 2014, ont indiqué l'UE et l'ONU. Ils « se mobilisent totalement pour tenter de mettre fin à la grave crise » humanitaire de la Centrafrique, qui « a été si longtemps oubliée », a déclaré la commissaire européenne à l'aide humanitaire, Kristalina Georgieva.
Malgré ces promesses d'aide, pour le nouvel élu « ce ne sera pas une partie de plaisir », avait rappelé à l'ouverture de la séance parlementaire la présidente en exercice du CNT, Léa Kouyassoum Doumta, devant les huit candidats, six hommes et deux femmes.

Le temps presse

Un mois et demi après le début le 5 décembre de l'opération Sangaris, la situation sécuritaire dans la capitale, où la plupart des soldats français sont stationnés, s'améliore progressivement malgré des explosions de violence localisées. Mais dans un pays de plus de 600 000 km2, très pauvre malgré son potentiel minier et agricole, un déploiement reste très compliqué dans les zones reculées et les témoignages d'habitants et d'ONG décrivent une situation chaotique et largement hors de contrôle.

La Croix-rouge internationale (CICR) et la Croix-rouge centrafricaine ont annoncé dimanche la découverte d'au moins 50 corps depuis vendredi dans le nord-ouest du pays. A Boali (90 km au nord-ouest de Bangui), des centaines de musulmans étaient réfugiés dimanche dans la paroisse Saint-Pierre après des violences ayant fait sept morts depuis vendredi. Outre la pacification, la nouvelle présidente doit également remettre une administration totalement paralysée en état de marche et permettre aux centaines de milliers de déplacés de rentrer chez eux pour régler une crise humanitaire qui affecte la moitié des quelques 4,6 millions de Centrafricains.

Elle dispose de peu de temps : selon le calendrier de la transition, des élections générales doivent être organisées au plus tard au premier semestre 2015, la France souhaitant pour sa part qu'elles se tiennent en 2014. (AFP)


Share
   
© Plateforme de veille des femmes 2013