Bamako,le 02 Janvier 2014: Voeux des femmes leaders du Mali à la Ministre de la Famille

Les organisations faitières féminines ont présenté jeudi les vœux de Nouvel an au ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de l’Enfant. La cérémonie s’est déroulée dans la salle de conférence du département. Les femmes ont évoqué toutes leurs frustrations et difficultés. C’est Mme Traoré Nana Sissako, présidente de la plate-forme de veille des femmes, qui a présenté les vœux des femmes à Mme Sangaré Oumou Bâ. Mme Traoré a rappelé les conséquences de la double crise politico-sécuritaire sur les femmes et les enfants. Elle s’est appesantie sur le rôle clé joué par les femmes dans le retour à une vie constitutionnelle normale. Les Maliennes ont également participé, à tous les niveaux, au retour de la paix et de la stabilité dans notre pays, a-t-elle rappelé. Cependant, déplore Mme Traoré Nana Sissako, les attentes des femmes en matière d’équité et d’égalité sont loin d’être comblées. Les Maliennes demeurent néanmoins non seulement des citoyennes démocrates, mais aussi et surtout des patriotes avérées, a-t-elle assuré en déplorant que les femmes soient « marginalisées » ou « discriminées » quand il s’agit de privilèges et d’opportunités. Elle a évoqué quelques actions menées par les femmes en réponse à la douloureuse crise politico-sécuritaire que le pays a traversée. Des manifestes ont été élaborés accompagnés de déclarations, de marches pacifiques, de plaidoyers et de dénonciations, a-t-elle énuméré. Mme Traoré estime que les droits de la femme sont perpétuellement violés dans notre pays sans qu’il n’y ait jamais eu de réparation. Elle a, par conséquent, invité les autorités à corriger cette injustice en prenant des mesures dans le sens de l’équité car le fossé s’agrandit de jour en jour.

Les femmes ont cependant assuré le ministre de leur accompagnement et soutien afin de contribuer efficacement à la réflexion en cours sur la refondation de l’Etat malien. Elles s’engagent également à relever le défi de la réconciliation nationale dans un climat social apaisé.

Elles ont sollicité le démarrage effectif de l’exécution de la politique nationale genre et de son mécanisme institutionnel, la mise en place d’un mécanisme institutionnel de veille pour l’application des textes relatifs aux droits des femmes et des enfants grâce à la création d’un observatoire conformément à l’esprit de la politique nationale genre a été aussi préconisée. Elles estiment que le contenu des politiques nationales et les démarches méthodologiques de leur conception et mise en œuvre doivent être revus.

Dans sa réponse, le ministre de la Promotion de la Femme, de la Famille et de l’Enfant a salué le dynamisme et la combativité des Maliennes. Mme Sangaré Oumou Bâ a promis aux femmes d’être leur porte-parole auprès des autorités pour leur permettre à jouer pleinement leur rôle dans la consolidation de la démocratie et le développement du pays. Mme Sangaré Oumou Bâ a annoncé que le gouvernement s’engageait, par l’entremise de son département, à défendre partout l’honneur et la dignité de la femme malienne. Les différentes propositions et préoccupations avancées par les femmes seront analysées afin de leur donner suite, a-t-elle promis. Une séance de prières et  photo de  famille a mis fin à la cérémonie.

Sory kaba Diakité

Bamako, le 16 Decembre 2013:Elections législatives,Coup d'essai, coup de maître de la Plate-forme de veille des femmes du Mali

Elles  étaient  au total, 156 femmes  candidates  dans  la  course  pour  la  députation sur 1141 candidatures validées, soit un taux de 14%.

Selon plusieurs  organisations  féminines,  le problème du faible accès des femmes aux postes électifs au Mali étale le dysfonctionnement majeur de la démocratie malienne. Sur 147 députés élus en 2007, l’Assemblée nationale du Mali ne comptait que 15 femmes.

Les chiffres concernant les femmes élues sont implacables, alors que les femmes représentent 51,2 % de la population malienne.

Lire la suite : Bamako, le 16 Decembre 2013:Elections législatives,Coup d'essai, coup de maître de la ...

Bamako,le 16 Novembre 2013: le PAPEM sensibilise les femmes.

Des  femmes  pour une  dynamique  d’élection  crédibles, inclusive  et  apaisées  au  Mali C'est le thème d'un atelier que le  PAPEM  vient  d’organiser à l’attention des  femmes du Mali. C’était  ce  matin  à   la  Plate-forme  de  veille  des  femmes  sise  au  CNDIFE à Bamako.

 

« la  feuille  de  route  des  femmes  Maliennes  pour  une  Dynamique  d’élection  crédible, inclusive  et  apaisée ».  C’est   le  thème  d’un  atelier   d’un  jour  qui  se   tient  depuis ce  matin  à  la  Plate-forme  de  veille  des  femmes  du  Mali.

Le  projet  d’appui  au  processus  électoral  au  Mali (PAPEM),  persuader que la position des femmes sur l’échiquier électoral constitue un élément incontournable dans le champ de la paix pour l’organisation   d’élections  crédible, inclusive  et  apaisée a organisé  ce  matin  un atelier de formation  et  de  sensibilisation à l’intention des  femmes   du Mali .

Objectif de la rencontre est  d’outiller des femmes maliennes  sur les modes de mobilisation et de participation des femmes  dans le processus électoral  mais  aussi  et  surtout  sur  la  sensibilisation pour  la tenue  des  élection des élections  crédibles, inclusive  et  apaisées  au  Mali. Ce, à travers un cycle de formation, de sensibilisation ainsi que la quête du leadership des femmes comme actrice  de paix politiques.

Dans  son  allocution,  la  Présidente  de  la  Plate-forme  de  veille  des  femmes  du  Mali, TRORE Nana SISSAKO a  remercié  tout  d’abord  le  PAPEM/PNUD  pour  la  tenue  de  cette  importante  journée  visant  à  contribuer  à  l’amélioration  de  la  représentativité  des  femmes  au  niveau  des  postes  électifs. Elle  a  en  outre,  remercier  le  Ministre  de  l’administration  territoriale   pour  avoir  reconnu, à  travers  les  médias, le  rôle  joué  par  les  femmes  pour  l'organisation  des  élections  présidentielles  dans  un  climat  de  paix  et de  transparence.

Pour  TRORE Nana SISSAKO,  la  participation  politique  des  femmes  aux  instances  de  prise  de  décision  reste  d’actualité  au  regard  des  indicateurs  d’études  et  de  recherches  et  explique  selon  elle,  une  des  raisons  de  la  création  de  la  Plateforme  de  veille  qui  vise  à  œuvrer,  d’ici  l’an  2025,  à  faire  de  la femme  Malienne  une  garante  de  la  paix  et  du  jeu  démocratique  dans  le  respect  des droits  humains.

 

Quant   à  l’adjoint  au  Directeur   pays  du  PNUD  au  Mali,  il  dira  que, briguer   des  postes  électifs  ou  gagner  des  élections  ne  doit  pas  être  uniquement  réservé  aux hommes.   Selon  le  diplomate,  nos  sociétés  modernes  ont  besoin  d’une  représentativité  plus  ou  moins  équilibrée  entre  les  genres  dans  les  instances    de  prise  de  décision  en  vue  de  l’avènement    des  sociétés  plus  justes,  équitables  et apaisées. L’avenir  de  nos  nations   en dépend.

A  cet  égard , le  rôle  d’agent  de  paix,  de  stabilité  sociale  et  économique  n’est  plus  à  démontrer. Il  revient  donc  aux  femmes  de  diffuser  autour  d’elles  comme  elles  savent  bien  le  faire  les  messages  de  paix,  de  fraternité  et  d’unité  nationale.

 

Avant  de  terminer,  il  a  réitéré    ces  remerciements  à  la  communauté  des  partenaires  techniques  et  financiers  pour  leur  appui  constant  au  processus  électoral  au  Mali.

Le général  Moussa Sinko Coulibaly, Ministre  de  l’Administration  Territoriale  et  des  Collectivités  locales qui  présidait  la  cérémonie, a  quant  à lui ,au  nom  du  gouvernement, saluer  la  présence  massive  des  femmes  à  cet  atelier  pour  situer  la  rôle  primordial  de  la  femme  malienne  dans  le  processus  de  sortie  de  crise  dans  le   pays . Pour le  Ministre, cet  atelier  qui  se  tient  exactement  à  neuf (09)  jours  du  premier  tour  des  élections  législatives vient  à  point  nommé  pour  situer  le  rôle  et  la  responsabilité  de  la femme  dans  l’organisation  d’élections  apaisées  avant  et  après  les  scrutins du  processus électoral.

 

 

Cependant,  le  Ministre  Coulibaly  dira  que  les  statistiques  révèlent  que,  3437 928  femmes  sont  inscrites  sur  les  listes  électorales  soit  environ  50, 01%  des  votants. Mais  il note  qu’il  y a  que  environ  14%  de  femmes  candidates   sur  le  total  des  candidats. L’électorat  féminin  ne  doit  plus  être  considéré  comme  un  réservoir  électoral  dans  lequel  on  puise  uniquement  que  des  électrices  mais  aussi,  des  députés,  des  Maires  et  autres  conseillères.

A  ce   titre, «  l’intégration  du  genre  dans  les  programmes  et  activités  électorales  de  mon  département  est  une  réalité  dans  toutes  les  étapes  du  processus, notamment,  la  désagrégation  de  la  liste  électoral  en  genre, le  recrutement  du  personnel  des  bureaux  de  votes etc.. »  Assure  le  Ministre  Coulibaly.

 

Après  l’ouverture  des  travaux  par  Monsieur  le  Ministre  de  l’administration  territoriale, des  thèmes  très  riche  et  variés  ont  étés exposés  par  des  conférenciers.            le thèmes  sur: «  la  contribution  des  femmes  pour  des  élections  crédibles, inclusive  et  apaisées  au  Mali » a  été   animé  par  Mme Bintout  Sanankoua.

Pour  l’historienne  Bintout  Sanankoua,  l’élection  est  une  soupape  de  sécurité  dans  la  mesure  où  elle  donne  de  la  possibilité  aux  citoyens  de  renouveler  leur  confiance  ou  de  sanctionner  ceux  qu’ils  ont  élus,  ce  qui  permet  d’éviter  que  le  désaccords  politique  majeurs  ne  trouvent  un  autre  terrain  d’expression (la rue)  ou  d’autres  modalités  comme  la  violence.

Mamadou   Malick  SOW, le  deuxième  conférencier  intervenant  sur  le  module « stratégies  de  conquêtes  du  pouvoir » a  expliqué  aux  femmes  les  mécanismes    de  mise  en  place  des  organes  stratégique et  opérationnelle  pour une  campagne  électorale  avant  de  céder  le  micro à  Ben  Aly  Koita  pour  entretenir  les femmes  sur    les techniques de communication.

Enfin, il faudra relever dans les recommandations émises par l'atelier, les points suivants : accroître la volonté politique dans le sens de l'adoption de lois et de mesures favorables aux femmes tels que les quotas. Et qui vont dans le sens d'une moindre discrimination ou positive en tous cas. En outre, la loi électorale devra aussi s'adapter à la question du Genre .Tout comme les partis politiques devront eux s'approprier la politique nationale  Genre(PNG) et enrichir leur code de conduite de dispositions favorables à la candidature et à l'éligibilité des femmes.
Enfin, si l'on est toujours mieux aidé par soi-même, l'atelier recommande aux femmes politiques elles-mêmes de se convaincre du succès, car ce ne sont pas les hommes qui leur offriront ces postes. Il s'agit pour elles de se préparer à l'établissement de programmes et messages électoraux, à la mobilisation des moyens de sa candidature. Sans oublier une très grande solidarité entre les femmes. Aussi  il  a  été  demandé  aux  femmes  de  se  battre  pour qu’elle soient  les véritables  gardiennes  de la paix  et  de  la cohésion  sociale au  Mali.

Sory  kaba  Diakité

Ségou, les 10 et 11 Novembre 2013:la candidate Coulibaly Maimouna DRAME, charme la ville de Ségou.

La   candidate COULIBALY Maïmouna DRAME    charme  la  circonscription  électorale de Ségou.

 La campagne électorale pour l’élection des députés de la circonscription électorale de Ségou bat  son  plein. 

Mme COULIBALY Maïmouna DRAME  candidate  sur  la  liste RPM  MIRIA-FARE   vient  de  boucler  une  série de  visites  dans   les communes de Fatnè, Kamiandougou, Yolo et Sinzana respectivement situées à 120km, 100km, 75km et 60km de la ville de Ségou

Ces  visites lui   ont  permis  de rencontrer  les notabilités , les leaders religieux, les associations villageoises, les jeunes et les femmes ont accueilli notre délégation, sorties  très  nombreuses  pour  la  circonstance.

Le  thème  choisi par  le  parti du tisserand et ses colistiers  est  « Ségou d’abord ». La  candidate Mme COULIBALY Maïmouna DRAME   dira  lors  de  ses rencontres  que « Quand le président de la république met le pays  au-devant de tout, les futurs députés s’engagent  à mettre le développement de la ville et le bien de ses habitants au-dessus de tout. »  

Comme  Slogan  elle  a  choisi  « le changement, c’est maintenant » cela interpelle les populations à jouer pleinement leur partition en votant massivement  et utile. 

Le contenu de la rencontre :

Le  but de  ces  différentes  rencontre  était d’Informer et sensibiliser sur les raisons  de l’alliance et leurs candidats, présenter  les candidats de la liste aux 30 communes de Ségou, Inciter au vote utile

Aussi,  remobiliser les structures, les militants, les sympathisants et les personnes ressources pour la victoire au soir du 24/11/13 afin  de  Donner une majorité  claire  au président de la république

Lors  des  échanges, Massitan KANTA présidente des femmes de Fatnè a fait un plaidoyer sur situation de la commune en générale et celle de la femme en particulier. Au nom de toutes les femmes de la localité, l’intervenant a sollicité,la création d’activités génératrice de revenus pour  les  femmes, l’amélioration  du système de l’enseignement scolaire des enfants, sans  oublié Le désenclavement de la localité (routes et infrastructures…)Comme elle, les unes et les autres ont profité de ces rencontres pour exposer les difficultés endurées. A ceux-ci s’ajoute le manque crucial d’eau potable dans toute la contrée malgré les efforts consentis par les quelques ONG intervenant dans le secteur.

En retour, le chargé à la communication porte-parole de la délégation M. Dramane Bagayogo dit Super Baga a tenu à spécifier le rôle du député aux populations. Il a ensuite rassuré que ces candidats, une fois élus seront les dignes représentants des populations auprès du gouvernement.

Chacune des visites ont été suivie  de celle des familles de notables, de leaders d’opinion, de chefs coutumiers, et de responsables de  structures.

Sory  kaba Diakité

Gestionnaire  de  la Plate-forme  de  veille

 

Bougouni, le 09 Novembre 2013: Traoré Tieyido BA dans le Bougouni profonds.

La  candidate   TRAORE Tiéydo BA  dans  le  Bougouni  profonds  

Situer dans la partie sud de la République du Mali, Bougouni  compte Nombre d’habitants : 367 884  d’habitants (DRPSIAP/SIKASSO).

Comme  activité  économique, Bougouni  vit  d’agriculture, du  maraichage et  de petit commerce,

Dans  le domaine  de  la  santé, le  nombre de centres de santé communautaire  du cercle est d’environ 40, cependant, le taux de la mortalité maternelle, néonatale et infantile est très élevé. La mortalité maternelle est  récurrente.

 Au  nombre  des  difficultés  il  y a l’insuffisance d’équipement au niveau des structures sanitaires, le manque de soutien aux actions en faveur des groupes vulnérables.

Il faut aussi noter que l’encadrement sanitaire est encore très insuffisant dans le cercle. L’état de la couverture, les problèmes liés à l’insalubrité de l’environnement, l’insuffisance de personnels qualifiés et d’équipements sanitaires constituent en grande partie les multiples   préoccupations  des  habitants  du  cercle.

Pour  ce  qui  concerne le  secteur  de  l’éducation, l’accès des enfants à l’école est garanti par la création des infrastructures scolaires dans toutes les localités. Le problème criard de l’éducation de nos jours est le faible taux de scolarisation des filles et d’admission aux différents examens soit de 9 à 40 %. En outre le cercle connait des difficultés liées à l’inexistence de centre de rééducations pour personnes handicapées, l’insuffisance d’établissements secondaires techniques et professionnels.

Voici là  autant  de  défis  auxquels  notre  candidate  doit  devoir  faire  face  une  fois  élue  député.

 

C’est  dans  la  ferveur de la  danse  traditionnelle  intitulée « gomba » que Traoré Tiéydo BA a  été  accueillie par  la délégation des membres du bureau national politique de Bamako, les présidentes des groupements de femmes et associations féminines, les leaders des partis politiques et les  responsables des associations de jeunes. Traoré Tiéydo BA et ces colistiers  ont ensuite salué et remercié le chef traditionnel coutumier et ses conseillers, qui ont félicité tous les candidats et les ont  encouragé sans oublié les bénédictions tout en invitant les populations de Bougouni à voter massivement la liste de  Madame TRAORE Tiéydo BA . Un bref rappel historique du parcours des présidents des deux partis fut fait puisque  selon eux, qui veut du changement doit voter pour les candidats de ses deux partis pour l’honneur, le bonheur et développement du cercle et du Mali.

Le directeur de campagne de madame TRAORE Tiéydo BA, M. Saidou coulibaly a introduit les 4 candidats en campant le statut et le rôle de chacun.

 « Nous seront l’interface entre les populations maliennes en général, celle de Bougouni en particulier et le gouvernement » diraTRAORE Tiéydo BA.

La  candidate  du  CNAS  entend  insuffler  plus  de  dynamisme  à  la  santé  dans  le  cercle  de  Bougouni , améliorer les conditions économiques, agricole, éducationnelle des   populations du cercle de Bougouni 

Aussi, elle compte mettre  en place une  structure  dénommée, « le BUREAU DU CITOYEN » à Bougouni pour recueillir les préoccupations des populations qu’elle transmettrait  à qui de droit chaque trimestre pour  ensuite  faire une restitution des résultats des sessions de l’Assemblée nationale.

Les  populations  visiblement  satisfaites  ont  donnés  rendez-vous  à  la  candidate  au soir  du  dimanche  24 novembre 2013  pour  une  victoire  éclatante.

Depuis  Bougouni

Sory kaba  Diakité/ Kadidiatou  KONE

   
© Plateforme de veille des femmes 2013